Degrés d’attitude

1995 - 2005

Dix années d’art contemporain

2000

Motif_pour_peindre_Txt_JCG.html
Motif_pour_peindre.html
 
MOTIF 
POUR PEINDRE


Janusz Stega


Du 12 mai au 4 juin 2000
Digne-les-Bains
Galerie du Cairn
Musée-Promenade
de la Réserve géologique 
de Haute-Provence


Textes du catalogue
par :

Michel Motré
Inspecteur d’académie, 
inspecteur pédagogique régional des arts platiques

Jacques Collina-Girard
Préhistorien

Yves Gerbal
Critique d’art

Michel Maffesoli
SociologueMotif_pour_peindre.htmlMotif_pour_peindre.htmlExpositions_Janusz_Stega.htmlMotif_pour_peindre_Txt_JCG.htmlMotif_pour_peindre_Txt_YG.htmlMotif_pour_peindre_Txt_MMA.htmlshapeimage_3_link_0shapeimage_3_link_1shapeimage_3_link_2shapeimage_3_link_3shapeimage_3_link_4shapeimage_3_link_5
Les expositions 
de Janusz Stega
avec Degrés d’attitudeExpositions_Janusz_Stega.html

Empreinte de rouleau...

du décoratif à l'artistique


Lorsqu'en 1986 au Centre National d'Art Contemporain de Grenoble Michelangelo Pistoletto intervint sur le mur de "la rue" du Magasin pour l'exposition "Le grand miroir", il prit de grosses bûches de charbon de bois confectionnées pour lui dans son Piémont natal, qu'il frotta en de vastes balayages sur des lais de papier. Ceux-ci, une fois hissés et fixés soumirent le mur qui leur servait de support à une impression de mouvance qui rompait avec sa planéité et sa verticalité d'origine. 


Quand, dans l'enduit frais apposé sur le mur de béton de la réserve géologique de Digne, Janusz Stega fait courir des rouleaux ayant autrefois servi à l'impression de papiers peints, la surface devient alors une peau qui se charge du mouvement de l'histoire, celle le l'homme comme celle du lieu.


Cette histoire c'est d'abord celle d'un habitat dont ne subsisteraient que les empreintes successives laissées en creux par les différentes couches de papiers peints gaufrés qu'on y aurait appliqué.


C'est aussi celle de la préparation des panneaux enduits des retables dans lesquels les peintres incisaient des motifs, des décors floraux poinçonnés, ornements renvoyant au sacré, celui des motifs floraux de la Passion ou des rinceaux rayonnants des auréoles des saints.


C'est une topographie dont chaque zone porte la marque d'un élément répété qui la caractérise et la singularise tout en la faisant participer d'un grand ensemble ; sorte de mille feuilles dont chacune affleurerait.


C'est un parcours, non pas celui du geste qui balaye comme dans l'exemple cité plus haut, mais celui mécanique, ajusté pour construire le motif dans son déroulement et son expansion. Absence d'expressivité et de représentation, refus de subjectivité, le motif est sujet et le geste est réduit au guidage du rouleau. Empreinte de rouleau....


Absence de couleur, la couleur viendra avec le temps, par la lumière qui colore et accuse les reliefs et qui progressivement cuit la peau. Elle viendra aussi par les effets de l'eau calcaire qui ruisselle et qui, tout en érodant les aspérités laissées par le rouleau, y dépose outre la calcite, les spores et les graines qui plus tard en verdiront la surface. Elle viendra enfin par ceux qui regardent et qui associent à ces formes, des images personnelles, celles du métal des moucharabiehs, des brocards, des tentures ...


Tout comme dans ses Achromes, Piero Manzoni ne montre rien d'autre que de la toile trempée dans du plâtre et de la colle, Janusz Stega, sans artifice, met en scène l'empreinte d'un objet manufacturé à l'échelle monumentale, réaffirmant ainsi la fonction du mur comme support premier dans un site où l'artistique se travaille à ciel ouvert et à l'échelle du temps.


Michel MOTRÉ

Avril 2000

Le diaporamaMotif_pour_peindre_diaporama.html
Janusz Stega, Dalle à motifs (détail)Motif_pour_peindre_Txt_MMO_files/Catalogue%20Stega_1.pdf

Le catalogue

en pdf (17 Mo)