LE VOYAGE DE PYTHÉAS

les révélations d’un explorateur marseillais

 

QUELQUES LIENS

"Ne croyez pas ce menteur !" Telle était en substance mise en garde prodiguée par quelques historiens de l'Antiquité à tous ceux qui, par passion ou naïveté, auraient pu être tentés de prêter une attention trop complaisante aux "délires" de Pythéas le Massaliote. Comment croire en effet qu'à l'époque d'Alexandre le Grand, à la fin du IVe siècle avant notre ère, ce savant marseillais ait pu franchir les Colonnes d'Hercule (le détroit de Gibraltar) pour affronter les eaux de  l'Atlantique ? Comment accorder crédit à son récit lorsqu'il affirme avoir vu la mer figée et l'océan aller et venir au rythme de la Lune ? Comment ne pas sourire, enfin, lorsqu'il décrit un pays où le Soleil se couche pour se relever presque aussitôt sans laisser à la nuit noire le temps de s’installer ? Non, tout cela n’était pas vrai ou plutôt, comme le diraient aujourd'hui les Marseillais encore affublés, vingt-trois siècles plus tard, de cette lamentable réputation de menteurs : tout cela n'est que galéjade.


Puisque la Terre est ronde...


Le souvenir de cette histoire s’est très vite estompé car le texte de l'ouvrage de Pythéas a très tôt disparu. C'est pourquoi le récit du voyage ne nous est parvenu qu'à travers les commentaires de quelques historiens sceptiques parmi lesquels Strabon se montre le plus virulent : "Pythéas a menti sur tout et a couvert ses mensonges de sa science de l'astronomie et des nombres." Voilà bien, pourtant, la vérité : la vision du monde de Pythéas pouvait paraître originale au commun des mortels. Pour lui, les mystères ne demandaient qu'à être dévoilés par le calcul et par l'observation, bref, par la science.

N’en déplaise à une postérité ingrate, force est de constater aujourd'hui que Pythéas était simplement un grand savant de son temps. Il savait, comme son contemporain Aristote, que la Terre était ronde. Nous lui devons aujourd’hui la plus ancienne mesure de latitude, celle de sa cité, Massalia, la rayonnante fille de Phocée.

Les mathématiciens et astronomes ne s’y sont pas trompés. Très tôt, ils ont loué l’autorité de Pythéas. À sa suite, le savant alexandrin Eratosthène a pu déterminer la circonférence de la planète avec une relative exactitude.

C’est à travers sa qualité d’astronome qu’il faut chercher, chez Pythéas, les motivations de l’explorateur. On a certes imaginé que l’incroyable voyage nordique était une opération de prestige pour sa cité, menée simultanément à l’exploration des côtes africaines par son compatriote Euthymènes. Il s’agissait aussi, peut-on lire ici ou là, d’une mission commerciale vers les sources de l’étain et de l’ambre. Mais l’objectif essentiel de Pythéas reste sans aucun doute la découverte scientifique. S'il s’est engagé délibérément vers le nord c’était afin d’obtenir la confirmation expérimentale de ce qui, pour lui, se présentait comme une évidence mathématique : en raison de l’inclinaison de l’axe de la Terre, il devait exister là-haut, tout au nord, une zone où le soleil ne se couchait pas l’été et ne se levait pas l’hiver. Ce phénomène, Pythéas tenait sûrement à le voir de ses propres yeux.

Bien sûr, on se plaît à imaginer ce qui aurait pu se passer s’il avait fait route vers l’ouest. "Avec un bateau comme celui-là, on pourrait traverser l'Atlantique", confirme Patrice Pomey, spécialiste d'archéologie navale, directeur de recherche au CNRS à Aix-en-Provence. Le bateau en question, c'est le Kyrénia, une embarcation à voile de cette époque dont l'épave a été retrouvée à Chypre à la fin des années soixante. Selon le chercheur, notre explorateur a très bien pu embarquer sur un petit navire de ce type, à la fois léger et solide et surtout particulièrement maniable. Mais qu’importe le bateau ou encore la composition de l’expédition, le résultat témoigne du sérieux de l’opération.


Cap au nord


Certes, le Marseillais n’a pas découvert l’Amérique mais il a fait oeuvre d’anthropologue en révélant au monde de civilisé les moeurs  des habitants des îles britanniques qu’il aborda après un passage en Finistère, (il semble avoir évoqué la pointe de Penmarc'h ainsi que l’île d’Ouessant).

À vrai dire, on connaît assez mal l'itinéraire de Pythéas. On pense qu'il a parcouru le tour complet de la Grande-Bretagne dont il a décrit les contours à gros traits. Ici, l’explorateur a visité le pays de l'étain. Au Nord de l'Écosse, il a abordé les Orcades. Plus loin sans doute, il a pu apprendre l'existence, à six jours de navigation, de l’île de Thulé. Quelle que soit la latitude qu’il a pu atteindre, Pythéas a sûrement interprété la brièveté des nuits d’été comme une confirmation de ses théories.

On s'interroge encore aujourd'hui sur l'identité de cette île qui se cache dans les brumes du Grand Nord. Certains se bornent à y voir les Féroé, d'autres la Norvège, mais ces hypothèses correspondent mal au récit du voyageur. La réalité semble bien plus audacieuse : Thulé ne peut être que l'Islande.

Ici, au solstice, le Soleil couchant rebondit lentement sur l'horizon. Un nouveau jour se lève.

D'ailleurs, ce que Pythéas a découvert dans ces parages dépasse l'imagination : "En ces lieux, raconte-t-il, il n'existe plus de terre proprement dite, ni de mer, ni d'air, mais un mélange fait de ces choses, comme un poumon marin. La terre et la mer et toutes choses sont comme en suspension, ne permettant ni de marcher, ni de naviguer." S’agit-il de la banquise ?

On raconte aussi que Pythéas a atteint le pays de l’ambre, mais peut-on vraiment croire à cette histoire ?


François HERBAUX


 

Au IVe siècle avant notre ère, tandis qu'Alexandre le Grand lançait ses armées à la conquête du monde, un explorateur marseillais voguait paisiblement dans la région du cercle arctique.

Pour lui, un jour, le soleil a oublié se coucher...

À LIRE


Arnaud (Pascal)

Les routes de la navigation antique. Errance. 2005.


Aujac (Germaine)

Strabon. Géographie (trad. et notes). Les Belles Lettres. 1969.

Géminos. Introduction aux phénomènes (trad. et notes). Les Belles Lettres. 1975.

La géographie dans le monde antique. Que sais-je ? N° 1598. 1975.

Eratosthène de Cyrène, le pionnier de la géographie. CTHS. 2001.


Cunliffe (Barry)

Pythéas le Grec découvre l’Europe du Nord (Traduit de l’anglais par Marie-Geneviève L’Her). Autrement. 2003.


Georgelin (Yvon)

Pythéas, explorateur et astronome (avec H. Journès). Illustrations de Jean-Marie Gassend. Editions de La Nerthe. 2000.


Mund-Dopchie (Monique)

Ultima Thulé : histoire d'un lieu et genèse d'un mythe. Genève, Droz, 2009 (Collection Histoire des idées et critique littéraire).




Les Nuits blanches

de Pythéas le Marseillais

par François Herbaux

Éditions

Mémoires Millénaires

Retour à la page d’accueil
Accueil_francoisherbaux.fr.htmlAccueil_carnets_de_Campouriere.html
Les autres PythéasLes_autres_Pytheas.html




Puisque la Terre

est ronde

par François Herbaux

Éditions Vuibert

Suivez Pythéas sur Facebook