Degrés d’attitude

1995 - 2005

Dix années d’art contemporain

1998

Percorso_diaporama.html
Petites_couleurs.html
 
PERCORSO
DI UN VOLTO

Elio Tisi


Du 5 au 19 juin 1998
Marseille 
Institut culturel italien










Expositions_ElioTisi.htmlshapeimage_3_link_0
Le diaporamaPercorso_diaporama.html

Le visage fait sa révolution

« Le visage fait sa révolution, comme une planète. Il va et revient à l’instar des comètes. Comme la Lune, il possède aussi ses phases, ses faces, croissantes et décroissantes, obscures et dévoilées, cachées et figurées.

Le visage sélène de Tisi s’impose, façonné dans la roche primitive par l’artiste créateur. Le voici galet humain et caillou céleste, accompagné de son cortège d’astéroïdes, de satellites en suspension comme hésitants, défiant la mécanique du ciel autant que l’imagination de l’homme. »

L. R.


Percorso di un volto... Parcours d’un visage. La « face » d’Elio Tisi fait sa révolution et se présente dans un univers totalement renouvelé du 5 au 19 juin, dans le salon Amerigo Vespucci de l’institut culturel italien de Marseille. Cette exposition est réalisée par Degrés d’attitude avec le soutien de la banque San Paolo, de la chambre de commerce italienne de Marseille et, bien sûr, de l’institut culturel italien.

Les expositions d’Elio Tisi
avec Degrés d’attitudeExpositions_ElioTisi.html

La modernité d'Elio Tisi prend sa source dans les formes symboliques des peintures rupestres, parcourt les siècles en voyageur épicurien, s'arrête plus longtemps à une Renaissance élégante et raffinée, native d'Italie, continue jusqu'à une figuration métaphysique, et s'ancre enfin dans un début de millénaire marqué par des paysages mixtes et des couleurs métissées.


Et les formes qui reflètent le visage, dans les plans qui structurent les dessins comme des écrans, peuvent être lus comme des séquences de radiographies qui sont autant de paysages intérieurs.


Les peintures de Tisi qui se présentent donc d'abord comme un autoportrait, comme la volonté de découvrir un « visage de l'intérieur », se constituent finalement en paysage. Partant d'une recherche individuelle on atteint un paysage collectif. C'est une autre vertu de l'art : faire un pluriel d'un singulier.


Arènes, arcades, labyrinthes, complètent - dans d'autres cadres de ces polyptyques, dans une figuration qui s'affiche comme une "signétique"- cette recherche de « la face cachée du visage » comme on a rêvé, un temps, de découvrir la face cachée de la lune.  Les couleurs sont de terre et de minéralité éternelles : noir graphite, ocre, terre de Sienne, vert et bleu antiques.  Couleurs qui vivent sur les vibrations et le frémissement de larges espaces grisés. Ces fonds délicatement estompés mettent aussi en valeur la matière tactile du papier, sobre et sensuelle.


C'est aujourd'hui que les artistes, à leur manière, inventent les paysages intérieurs de demain.  A monde nouveau, nouvelles visions. Croire en l'art c'est penser qu' il peut en permanence témoigner de ces renaissances successives. Le langage visuel de Tisi reflète cette foi. Il s'inscrit dans une tradition contemporaine, mais nous projette résolument vers de nouvelles perspectives.


Yves GERBAL

ELIO TISI, Volto evento.