Degrés d’attitude

1995 - 2005

Dix années d’art contemporain

1996

Marseille_attitudes_CG.html
Marseille_attitudes_JA.html
 
MARSEILLE ATTITUDES
Jean Arnaud
Max Fabre 
Charles Gouvernet
André Lauro
Catherine Marcogliese
Patrick Moquet
Elio Tisi

Du 7 au 23 juin 1996
Mouscron (Belgique)
Centre Marius-Staquet








Marseille_attitudes.htmlMarseille_attitudes.htmlMarseille_attitudes_JA.htmlhttp://www.maxfabre.com/Marseille_attitudes_CG.htmlMarseille_attitudes_AL.htmlMarseille_attitudes_CM.htmlMarseille_attitudes_PM.htmlMarseille_attitudes_ET.htmlshapeimage_3_link_0shapeimage_3_link_1shapeimage_3_link_2shapeimage_3_link_3shapeimage_3_link_4shapeimage_3_link_5shapeimage_3_link_6shapeimage_3_link_7shapeimage_3_link_8
Le diaporamaMarseille_attitudes_diaporama.html

Le catalogue

en pdf (10 Mo)

Max Fabre

Il y a dans son monde beaucoup d’objets apparemment dissemblables, sans parenté compréhensible mais qui s’arrangent fort bien les uns des autres en attendant que lui, Max Fabre, vienne s’intéresser à eux.

En outre, ils se renvoient la balle. Prenez-en deux que vous jugerez dissemblables au possible : vous vous apercevrez qu’ils s’entendent comme larrons en foire pour vous berner.


Olivier COUSINOU


Il a connu Picasso, Masson, Dubuffet, dans les années cinquante, sur la Côte d’Azur. Il a traîné à Vence, à Nice, ses belles années de jeune peintre. Il a habité pendant vingt-cinq ans à Paris. Il a vécu avec une artiste qui est morte trop tôt et qui était très belle. Max Fabre a, comme on dit, un passé. Mais sa façon d’être toujours dans le présent, c’est de ne pas vouloir s’arrêter de changer. Car rien n’est moins systématique que l’œuvre de Max Fabre. Ce n’est pas rien, tout de même, d’avoir devant les yeux une œuvre qui reste obstinément multiple, définitivement polymaniérée...


Yves GERBAL


Dans ce siècle de “fusain à bille”,

Je sais que le crayon de Max

A une pointe de diamant noir aux reflets écarlates

Et qui trace sur la feuille, les signes justes des fièvres

De ce monde malade

Que la tendresse de son dessin soulage.


Richard MARTIN


Parfois je me demande qui mieux qu’un artiste peut ressentir profondément la création qui habite l’autre, son égal ?

Max, à l’opposé de Giogio Morandi exprime un caractère pictural intimement “multifacial”.

Ce n’est pas avec le regard linéaire et souvent futile des marchands d’art que nous pourrons pénétrer l’âme de son œuvre.

Son travail artistique est réservé aux attentifs, aux personnes sensibles et profondes, ceux qui ressentent “bouger leurs tripes” et qui ne sollicitent pas seulement leurs yeux et leur mental devant l’une de ses peintures.


Elio TISI


LE SITE DE MAX FABRE


Toutes 
les expositions de Degrés d’attitudeToutes_les_expos.html

Le Monsieur de la traverse Chape