Degrés d’attitude

1995 - 2005

Dix années d’art contemporain

 




Un programme pluriannuel
d’actions culturelles

en partenariat avec l’association Terre de Sienne (1)


Conférences artistiques

et scientifiques


Ateliers artistiques


Réalisations culinaires













Textes du catalogue

par :


Michel Motré

Inspecteur d’académie,

inspecteur pédagogique régional

des arts platiques


François Bazzoli

Historien d’art

(à propos de Natacha Lesueur)


François-Xavier Bogard

Chef de cuisine


Michel Guérin

Philosophe


Thierry Jourd’heuil

Paysagiste


Pierre Lieutaghi

Ethnobotaniste


Hervé This

Physico-chimiste


Max Timbert

Plasticien culinaire


Dominique Valadier

Chef de cuisine














(1) Il existe plusieurs associations «Terre de Sienne» à Marseille. Celle dont il s’agit ici a été créée à l’initiative d’enseignants du collège Saint-Mauront.

Le jardin à roulettes

J’ai inventé le " Jardin à roulettes " à la suite d’une rencontre avec Michèle Gleizer. La comédienne, qui est aussi brodeuse, recherchait un paysagiste car elle avait besoin d’un potager dans la cours du centre culturel Suisse, rue des Francs-Bourgeois dans le 3e arrondissement de Paris, pour une exposition consacrée à ses tapisseries. Elle a fait appel à moi.


Michèle est une passionnée, une belle personne. Elle aime les potagers, la campagne, les gens. Entre deux tournages, elle brode, au point de croix, à points comptés. Les poèmes de Francis Ponge l’accompagnent. Elle brode des prés. Elle m’a présenté son travail avec beaucoup de retenue et de modestie. Entre ses mains, des étoffes et des toiles un peu râpées deviennent des prés, des jardins, des potagers, les lettres s’y mêlent, les animaux aussi. Des lapins grignotent les rangs de laitues, les vaches broutent des mots.


L’idée de tisser l’espace m’est venue rapidement. Comme Michèle, j’imaginais utiliser des objets récupérés : palettes, bidons, roues de chariots de supermarché abandonnés dans la ville. Mais rue des Francs-Bourgeois, en plein Paris, entre deux immeubles, dans une cour aux lumières fugaces, l’idée de potager ne germait pas, question d’espace, de quartier, mais aussi de décalage avec le dehors dur, impitoyable, remplis d’exclus et d’affamés.


L’exercice se révèle difficile quand je passe mon temps à concevoir des espaces publics, où se mêlent aux traditionnels arbustes des arbres fruitiers et  des petits fruits rouges. Il faut que l’on puisse goûter cet espace si précieux, et ces moments délicieux. Dans les jardins naissent des souvenirs.


Je désirais tisser aussi un espace raffiné avec de simples objets. Les broderies de Michèle Gleizer étaient fines, délicates, fragiles. Au centre de la cour, un grand carré de prairie avec des pâquerettes accueillait la tapisserie du Pré accompagnait le vers de Francis Ponge " mille aiguillées de fil vert font un pré ", extrait de son recueil Inventaire sur le pré.


Autour, à la recherche d’un rayon de soleil, des carrés de choux, de laitues et de menthes et de tomates prenaient place. Ils donnaient l’illusion d’un jardin posé là depuis longtemps, alors qu’il était provisoire.

Les potagers installés dans des planches et des palettes devaient bouger, se transporter comme les radeaux des Indiens sans terre d’Amérique centrale ; sous les jardins j’ai vissé des roulettes.


Thierry JOURD’HEUIL

Le diaporamaArt_et_sciences_diaporama.html
ASJT_Txt_PL.html
ASJT_Txt_MG.html

ARTS ET SCIENCES DU JARDIN ET DE LA TABLE

L’historiqueVues_sur_jardin_2001_2002.html
La revue de presseArts_et_sciences_presse.html
VUES SUR JARDINVues_sur_jardin_2001_2002.html
ASSEMBLAGESAssemblages_2003.html
L’HEURE DE L’ASSIETTEHeure_assiette_2004.html
LES MERCREDIS DU JARDINMercredis_du_jardin_2005.html

Le catalogue

en pdf (13 Mo)


Toutes 
les expositions de Degrés d’attitudeToutes_les_expos.html

Haut de page :

Le «potager mobile» présenté lors de l’exposition des broderies de Michèle Gleizer « Pour un sourire à M. Mustapha». Centre culturel suisse de Paris. 2002.

Ci-contre :

Elio TISI Assemblages (d’après Arcimboldo)